La reconnaissance de la douleur en
6 dates clés

La loi du 9 août 2004 inscrit la lutte contre la douleur dans ses « 100 objectifs de Santé Publique ». Pour la première fois, la responsabilité de l’Etat dans la prise en charge de la douleur est reconnue1.

Depuis 1998, 3 plans en faveur de la lutte contre la douleur ont été mis en place en 1998-2000, 2002-2005 et 2006-2010 2 3 4 . Ils ont comme objectifs principaux la prise en compte de la demande du patient et l'information du public. Ces plans visent également à mieux sensibiliser et former les professionnels de santé.

En 2013, la volonté de bâtir de nouveaux programmes d’action contre la douleur, tournés vers l’ambulatoire, est annoncée5 . C’est la preuve de la nécessité d’un engagement fort des pouvoirs publics dans ce domaine.

Concernant la prise en charge de la douleur en fin de vie, «Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée. »6
Le rapport social du 18 décembre 2012 montre cependant la profonde méconnaissance de la loi Léonetti et des efforts restent à accomplir dans ce domaine7.

ETAT DES LIEUX DE LA DOULEUR EN FRANCE

La prise en charge de la douleur en France est une priorité de santé publique : plus de 9 Français sur 10 ont souffert d’une douleur de courte ou longue durée dans l’année8. A ce titre, Mundipharma a apporté son soutien institutionnel à l’Association Francophone pour Vaincre les Douleurs (AFVD) et Fibromyalgie France pour la réalisation d’un ouvrage faisant un état des lieux de la douleur en France en 2015, avec pour ambition de porter une réflexion globale et synthétique sur cette thématique.

Consulter le document « La prise en charge de la douleur en France : une priorité de santé »



Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur

En 2010, l’enquête sur la prise en charge de la douleur réalisée par l’INCa recommande notamment plus de formation des médecins sur la douleur et son évaluation et plus précisément les oncologues, les spécialistes d’organes et les médecins généralistes.9

Ombre
1HCSP (Haut Conseil de la santé publique). Evaluation des 100 obj. de la LSP 2004. «Scannographie» en décembre 2009. Objectif 31 de santé publique; objectif 32 de santé publique; objectif 74 de santé publique, 07 avril 2010.
2Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. Le Plan de lutte contre la douleur 1998-2000 : principales mesures.
3Ministère de l’Emploi et de la Solidarité. Le Programme de lutte contre la douleur 2002-2005
4Ministère de la Santé et des Solidarités. Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010, 3 mars 2006.
5M. Touraine. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la douleur, Marisol Touraine s’est rendue à l’UNA Paris dans un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) [en ligne], 18 octobre 2012. Disponible à l’adresse : http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2325/archives-courantes-des-breves,2465/annee-2012,2987/a-l-occasion-de-la-journee,15297.html, consulté le 24/07/2015
6Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. JORF du 5 mars 2002 page 4118 texte n° 1.
7D.Sicard . Commission de réflexion sur la fin de vie. Rapport à F.Hollande . Penser solidairement la fin de vie. 18 Décembre 2012
8Enquête CSA pour Sanofi sur « Les français et la douleur » réalisée en septembre 2014 auprès de 2006 personnes âgées de 18 à 60 ans.

9INCa (Institut National du Cancer). Synthèse de l’enquête nationale 2010 sur la prise en charge de la douleur chez des patients adultes atteints de cancer, mars 2012.